LUMIÈRE SUR NOS MEMBRES : RENCONTRE AVEC JEAN MARC DECAUX, INGENIEUR CONSULTANT CHEZ JMD CONSEIL

LUMIÈRE SUR NOS MEMBRES : RENCONTRE AVEC JEAN MARC DECAUX, INGENIEUR CONSULTANT CHEZ JMD CONSEIL

L’équipe du Club Laser et Procédés a rencontré Jean-Marc Decaux, Ingénieur consultant chez JMD Conseil. Nous lui avons posé quelques questions...

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai commencé ma carrière comme ingénieur chez Thomson CSF Avionique et Spatial, en concevant des systèmes radar et brouilleurs embarqués sur avion, puis ai rejoint Optilas, attiré par le développement naissant des lasers. Une division Optilas Laser Industriel fut rapidement créée, pour distribuer des lasers de Photon Sources (exemple : source 1000W à un industriel de l’agro-alimentaire pour souder des boîtes de conserve), Spectra Physics Industrial Laser Division (le premier 5 kW en France à l’ETCA Arcueil), Rofin-Sinar (plusieurs lasers 5 et 7,5kW à Irepa, Cea B3 et Valduc, Sciaky, Air Liquide, Ensam, ISL), Lasag (nombreux lasers YAG pulsés pour soudage et perçage).

J’ai ensuite monté et pris la direction de la filiale française de Rofin-Sinar, jusqu’en 2011, puis ai continué comme ingénieur consultant avec JMD Conseil.

Comment avez-vous découvert le secteur du laser ?

Dans le cadre de JMD Conseil, j’ai travaillé pour des sociétés américaines qui me confiaient la promotion de leurs produits (lasers de marquage Nufern, lasers à diode multi kilowatts Teradiode), ainsi que pour des clients ayant des projets dans mon secteur de compétences (soudage, fabrication additive, marquage/découpe  avec laser bleu). 

Quelle sont les dernières innovations de votre société dont vous êtes le plus fier ?

Actuellement je suis particulièrement actif sur les applications industrielles par laser bleu 450nm à des puissances entre 20 et 500W, autres que le soudage de cuivre dont d’autres sociétés ont fait leur cible (Laserline, Nuburu) avec des sources bien plus puissantes.

Comment voyez-vous le marché du laser dans 10 ans ?

Vous me demandez comment je vois le marché du laser dans 10 ans : Question délicate ! Il suffit de lire le rapport annuel de sociétés leader, comme par exemple Coherent, pour réaliser à quel point, même pour elles,  les réponses sont bien difficiles ! 

Pour ma part je serai humble et ferai juste deux observations :

Qui aurait pu prévoir, il y a dix ans, l’essor fantastique des petites machines de marquage à usage domestique, à base de diodes laser bleues, capables de marquer plastiques, matières organiques, et même les métaux, pour 100 à 250€ tout compris : laser, machine, refroidissement, logiciel ? 

Qui aurait pu prévoir, il y a dix ans, que les nouvelles machines de photolithographie laser EUV  (extrême ultraviolet), pour la fabrication des semi-conducteurs, (environ 50 unités fabriquées par ASML chaque année),  se vendraient chacune 120 millions d’euros et intégreraient le plus gros laser CO2 de Trumpf, de puissance 40kW, dont le faisceau sert à créer un plasma émettant la lumière UV qui grave des pistes inférieures à 10nm ?

Enfin, je vois que d’importants programmes de recherche sur le thème du nettoyage des coques de bateaux in situ, sans recourir à la mise en cale sèche, sont en cours en Allemagne (projet FoulLas) avec des robots sous-marins dotés de diodes laser bleues, capables de décaper les débris organiques accumulés sur les coques, et dont le faisceau n’est pas absorbé par l’eau, une caractéristique de cette longueur d’onde.


Ce concept très écologique sera peut-être bientôt en production,


Alors, rendez-vous en 2030 ! 


Ce contenu est réservé aux membres du Club Laser et Procédés, veuillez-vous connecter

Vous n'êtes pas membre du CLP ? Devenir membre